Rechercher
  • Baptiste Jung

La nature des hormones du bonheur

Mis à jour : 20 juin 2019

Extrait de mon mémoire de Maître Praticien PNL : les hormones du bonheur















Les éléments déclencheurs de toute action de motivation sont la survie (au sens physiologique), la préservation du corps ainsi que la reproduction.


Afin d’être certain d’accomplir ces missions, l’être humain a développé plusieurs « carottes ». Dès lors qu’une tâche est assurée, un message est envoyé aux neurones concernés, qui vont alors sécréter et diffuser des hormones bio-chimiques (via des neuro-transmetteurs) dans différentes parties de notre cerveau.


Ces hormones vont procurer des sensations de plaisir, de jouissance, de bien-être, de bonheur,… et apporteront ainsi une motivation supplémentaire aux actions de survie.


Au cours de notre existence, nous allons instaurer des habitudes, des comportements afin de continuellement produire ce type d’hormones. C’est notre cerveau limbique qui mémorise les instants de plaisirs / déplaisirs, et nous permet ensuite de reproduire (ou pas, en cas de déplaisir) les schémas qui les ont générés.


La plupart des « carottes » développées ne sont plus nécessaires aujourd’hui, pour autant, elles continuent d’influer sur nos actions. La cause de cette inadéquation se situe dans la différence de vitesse entre notre évolution « Darwiniste » et l’évolution de notre environnement.


Notre civilisation évolue bien plus rapidement que notre conditionnement inné. Un rythme à deux vitesses qui n’est pas une fatalité. Il est en effet possible d’être en concordance avec notre époque mais cela nécessite une reprogrammation de notre circuit émotionnel.


Comprendre la source de nos désirs et besoins dans un premier temps, puis dans un second temps, amener le changement grâce à la mise en oeuvre de nouveaux comportements, de nouvelles habitudes.


Être véritablement libre consiste à dépasser nos réflexes Pavloviens, à nous affranchir de notre condition. Élever au plus haut notre niveau de conscience émotionnel peut permettre d’atteindre le bonheur. Si à la base, l’être humain n’est pas conditionné pour être heureux, il dispose de suffisamment de ressources pour le devenir.

0 vue